Le Centre Technique du Livre de l’Enseignement Supérieur: Politique Actuelle et Évolution à Long Terme

Pascal Sanz

Abstract


Les bibliothèques d’étude et de recherche françaises connaissent de graves problèmes de manque de place pour abriter leurs collections, depuis plusieurs décennies. Cela est particulièrement vrai en Ile-de-France qui, bien que représentant à elle seule un tiers des ressources documentaires du pays, n’a pratiquement pas bénéficié de l’effort de construction de bibliothèques universitaires entrepris depuis 1989. Cela est encore plus vrai des grandes bibliothèques patrimoniales de Paris intra-muros, aux fonds particulièrement riches, mais figées dans leurs locaux ancestraux.
On avait pris la mesure exacte de cet état de fait au début des années 80 en menant une enquête précise sur les mètres linéaires encore disponibles alors dans les magasins des bibliothèques universitaires de la région parisienne. Le résultat en avait été alarmant. L’idée de construire dans cette région ce que l’on appelait alors un silo propre à accueillir une partie des collections – les moins consultées – de ces bibliothèques avait germé.
Au terme d’une lente maturation, un chef de projet fut nommé sur cette question au début des années 90, puis un décret créant le „Centre technique du livre de l’enseignement supérieur (CTLes)” parut en octobre 1994. La construction du CTLes fut ensuite rapide: implanté à Marne-La-Vallée, à une trentaine de kilomètres à l’est de Paris, sur un site qu’il partage avec certains services de conservation de la Bibliothèque nationale de France, dont il est cependant indépendant, le centre a commencé à fonctionner fin 1996.
Aujourd’hui, le plan „Université du 3ème millénaire” (dit U3M), qui prévoit la construction ou l’extension d’équipements universitaires jusqu’en 2006, Le Centre Technique du Livre de l’Enseignement Supérieur 316 apporte un éclairage nouveau et soudain plus aigu sur certaines questions documentaires.
Je vais essayer de montrer comment, se fondant sur sa jeune expérience et les observations qu’il peut en tirer, le CTLes se trouve, peut être, en mesure de prendre une part active dans la conception et la mise en oeuvre d’une politique de conservation partagée entre les bibliothèques universitaires françaises, à commencer par celles de la région parisienne.

Full Text:

pdf




Creative Commons License
This work is licensed under a Creative Commons Attribution 3.0 License.